09 février 2010

l'Albatros, hommage à M.Jean-Paul Dumont et Mme yvette sa femme.

 

   En mai 1940, à Petite-Chapelle, dans l'entité de Couvin, un enfant errait dans les bois d'épineux. Seul et  désespéré de ne trouver personne pour l'aider. La vie en ce temps-là était rude, Hitler avait réquisitionné Bruly, afin d'y installer son quartier général.

  Le gamin avait échappé aux mains de l'occupant en se cachant dans un véhicule quittant en toute hâte le village. Son teint était pâle, son corps mal nourri donnait l'impression d'une marionnette dont le marionnettiste avait volontairement coupé les fils. Le gamin est le fils de Jean, le forgeron, il a quitté le village lorsque les allemands faisaient la chasse aux personnes différentes, celles que l'on appellent les handicapés mentaux.

  Des heures durant il va airé de-ci, de-là, pour choir au creux d'un arbre creusé suite à un obus tombé la veille. Le soleil va le réchauffer mais la faim le tenaille. Soudain, un oiseau apparaît face à lui. C'est un albatros!!! Cet oiseau lui ressemble, il est souvent un peu gauche, il est maladroit, il a l'air honteux. Dans son bec, un quignon de pain volé aux allemands, il le donne à l'enfant.

  Le gamin de ses dernières forces accepte le présent, ce cadeau du ciel. Il mange. Durant trois jours, le grand volatile va venir nourrir l'enfant, le réchauffant la nuit.

  Au matin du quatrième jours, l'enfant se lève, l'oiseau s'envole laissant derrière lui son protégé.

Le forgeron retrouvera son fils au levé du cinquième jours, une plume dans la main. Le père et le fils quitteront la forêt pour rejoindre un cabanon de fortune. Ils passeront là le temps d'un guerre, celle des hommes dit normaux...

   La plume découverte par le père est précieusement conservée. La guerre finie, ils rentreront chez eux accueilli par les habitants, qui avaient perdu tout espoir de les retrouvés vivants. La plume, identifié par le curé du village comme celle d'un albatros, fut mise sous verre.

  Un jour, le curé en se baladant trouva un oiseau de grande taille échoué près d'un arbre à Petite-Chapelle, non loin de Bruly. C'était un Albatros!!!. On fit très vite le lien avec celle retrouvée au près de l'enfant. C'était bien lui, le sauveur!!!. On fit à l'emplacement où gisait son corps une statue d'un Albatros.

  Dans les années septante, un homme et une femme décident de créer un centre pour handicapées mentaux... Ils se dirigent vers Arlon, font un détour via Petite-Chapelle voulant saluer une tante. Pour une raison inconnue leur véhicule tombe pile en panne face à la statue de l'Albatros!!!

  Après avoir lu de nombreux livres sur ce superbe oiseau incompris , le couple décide de bâtir leur institut pour personnes handicapées en ce lieu...

 

   Aujourd'hui, l'institut a grandit, est reconnu. La vie y est belle pour ses résidents venus d'horizons différents à l'image de ce bel oiseau qui écume les mers et les océans...

Ce texte est une fiction, inspirée par le hasard du lieu de construction de l'institut, l'Albatros...

 

D. Simoens

 

Posté par tonton didier à 22:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur l'Albatros, hommage à M.Jean-Paul Dumont et Mme yvette sa femme.

Poster un commentaire